vous reprendrez bien un ptit café ?

Moi, chez le médecin : je me réveille la nuit avec le coeur qui bat trop vite, j’ai peur que ce soit à cause des médicaments pour le dos.

Elle : vous êtes 100% en télétravail ? ça va votre dos ?

Moi : oui je bouge pas mal, je me lève au moins 6 fois dans la journée pour me faire un café.

Elle : …

Moi : …

What happened ?

Biggest surprise, the other day I received a message from him, saying that he could have come to my job for a presentation but couldn’t finally make it.

I was happy to believe that he was disappointed not to see me, so instead I proposed a drink or a coffee in my town which is, conveniently, on his daily commute.

He replied that, with the nearly full remote work, it wasn’t on his journey anymore. Full stop.

…still don’t understand what happened in this conversation.

what a bullsh*t.

Look at the biggest picture

Un « conseil du jour » qui m’a fait pas mal réfléchir.

J’aime à dire que je pratique moi-même une médecine holistique, en recueillant des avis de médecins différents, et en associant des thérapies pour essayer d’avancer : yoga, méditation, psy, kinésiologue, acupuncteur, ostéopathe, généraliste, rhumatologue, chirurgien. Avoir une vision d’ensemble, certes, mais il semble que je sois finalement la seule à y réfléchir, et ce n’est pas mon métier.

Récemment, une amie me parlait de douleurs insoutenables à la mâchoire, apparues après le cancer puis décès de son conjoint. Elle avait décidé de consulter un hypnothérapeute spécialisé dans le syndrome de stress post-traumatique, dans l’hypothèse où son corps appliquerait trop littéralement l’expression « serrer les dents ».

Serrer les dents, en avoir plein le dos : des expressions imagées qui proviendraient finalement d’une réalité, le corps qui exprime son mal-être par des signaux d’alerte. J’aimerais voir cet hypnothérapeute et pouvoir lui exprimer une demande claire. « J’ai été harcelée à mon travail, du coup j’ai mal au dos ». Ou alors : « J’ai souffert et culpabilisé d’avoir abandonné des gens que j’aimais quand j’ai démissionné ». Ou encore : « Je me sens une mauvaise mère parce que je ne sais pas aider mon fils à apprendre ». Ou pourquoi pas : « Je suis extrêmement anxieuse à cause de la covid-19 et je me sens impuissante et furieuse que personne ne porte le masque pour me protéger ». Mais la vérité, c’est que je n’en sais rien, parce que je ne perçois pas cette fameuse vision d’ensemble. Une médecin, consultée pour une ménopause trop précoce et inexplicable physiologiquement, me demandait « Et lors du harcèlement que vous avez vécu, avez-vous été attaquée dans votre féminité ? ». Ah, touché ! Mais pour l’instant, je ne sais pas quoi faire de cette interrogation/information.

Des chevrons au losange

Journée d’intégration des nouveaux embauchés

Ma C3 Pluriel découvre, un peu déconcertée, qu’il existe d’autres marques de voitures sur le parking. Espérons qu’elle tienne le choc culturel !

Brève by nano

– tu as vu, Maman, il y a des travaux sur le pont à côté du supermarché

– de quel pont parles-tu ? Il n’y en a pas près du supermarché.

– mais non, pas supermarché… Comment on dit déjà, l’endroit où plusieurs routes se croisent ?

-… un carrefour ???

Demain, elle m’expliquera comment on emmène les tracteurs à l’hypermarché. Ah non, aux champs :p

One year with Netflix

I subscribed to Netflix at the beginning of 2019 for one single reason : they had announced Evangelion. That’s how it started. But it did not end there 😉

So, this year, I did not read a lot (and yes it’s a shame). Instead, here is my Netflix list for 2019!

Evangelion
The good place
Lost in space
Salvation
Osmosis
The OA
Umbrella academy
Lucifer
Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire
Dead to me
Love, death, robots
The sinner
Kiss me first
Gypsy